Dépression : la méditation de pleine conscience est une alternative aux antidépresseurs

MBCT, meditation de pleine conscience et depression

 La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience est aussi efficace que les antidépresseurs pour traiter un épisode de dépression majeure et est plus efficace pour prévenir les épisodes ultérieurs, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Psychiatry.

Sans traitement de maintenance, indiquent les chercheurs, 4 personnes sur 5 connaissent une rechute de la dépression (dépression récurrente).

La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (ou MBCT) est un traitement psychologique de groupe qui aide les gens à changer leur façon de penser et de se sentir par rapport à leurs expériences et à acquérir des compétences qui réduisent le risque d'autres épisodes de dépression.

 

[Pour plus d'infos sur le programme MBCT, cliquer ICI]

 

Willem Kuyken de l'Université d'Oxford et ses collègues ont analysé 9 essais cliniques randomisés qui comparaient cette thérapie aux soins habituels et à d'autres traitements, incluant les antidépresseurs. Ces études impliquaient un total de 1 258 participants.

38 % de ceux qui ont reçu la thérapie ont eu une rechute de dépression au cours du suivi de 60 semaines, comparativement à 49 % de ceux qui ne l'ont pas reçue. En prenant en compte le temps écoulé avant les rechutes, ceux qui ont reçu la thérapie étaient 31 % moins susceptibles de rechuter.

L'effet de la thérapie sur le risque de récidive était plus grand comparativement aux autres traitements chez les participants qui avaient les niveaux les plus élevés de symptômes de dépression au début de l'étude.

Quatre des essais comparaient la thérapie combinée à la continuation, la diminution, ou l'arrêt des antidépresseurs avec la poursuite d'un traitement antidépresseur de maintien seulement (qui est l'approche la plus courante de prévention des rechutes). Ceux qui ont reçu la thérapie et, dans de nombreux cas, ont réduit ou cessé les antidépresseurs étaient 23 % moins susceptibles de rechuter que ceux qui ont continué les antidépresseurs et n'ont pas reçu la thérapie.

Les cliniciens doivent toutefois être prudemment optimistes en ce qui concerne la diminution progressive des antidépresseurs et traiter chaque patient comme une personne qui peut, ou pas, bénéficier de la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience et d'autres traitements reconnus comme efficaces, souligne Richard Byng de l'Université de Plymouth, coauteur.

 

L'article : https://archpsyc.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2517515

 

Source

Merci d'avoir lu cet article.


Envie de le partager ?


 Envie de vous initier avec des méditations guidées ?


Envie de me suivre?