Seniors : la méditation pour lutter contre le vieillissement

meditation pleine conscience seniors Nantes Dr guillaume Rodolphe

Un projet de recherche européen, piloté par l’Inserm, va évaluer les bénéfices de certaines pratiques, telles que la méditation, chez les seniors.

D’ici 2050, la population des plus de 60 ans aura doublé, et la planète devrait compter plus de 2 milliards de seniors. Un véritable défi pour les Etats dont les systèmes de santé devront faire face à une nette augmentation de la consommation de soins. Face à cette réalité démographique, améliorer la prévention et favoriser le « vieillir en bonne santé » apparaît comme une priorité. Encore faut-il savoir quelles interventions peuvent être à la fois efficaces et accessibles au plus grand nombre.

Pour répondre à cette question, des chercheurs de six pays européens ont mis sur pied un programme de recherche, la Silver Santé Study. Financée par l’Europe à hauteur de 7 millions d’euros, elle a pour objectif de suivre durant cinq années des seniors, et d’identifier les facteurs déterminants de leur santé mentale et de leur bien-être. Les scientifiques vont notamment évaluer les bienfaits de la méditation et de l’apprentissage d’une langue étrangère.

 

Stimuler la neuroplasticité

« C’est à la fois la littérature scientifique sur le sujet et mon expérience personnelle qui m’ont amenée à m’intéresser à la méditation comme entraînement mental qui pourrait avoir un impact bénéfique sur la santé mentale », explique Gaëlle Chételat, directrice de recherche à l’Inserm de Caen, et coordinatrice de la Silver Santé Study.
Depuis 15 ans la scientifique, spécialiste en neuroimagerie, s’intéresse au vieillissement cérébral, et en particulier à la maladie d’Alzheimer. « Nous savons aujourd'hui que des facteurs environnementaux ont un rôle important dans le vieillissement du cerveau et la survenue de maladies neurodégénératives. On pense également que certaines pratiques d'entraînement mental comme la méditation peuvent aider à améliorer la santé mentale lors du vieillissement, via la neuroplasticité. »

La méditation et ses effets sur le cerveau intéressent les scientifiques depuis les années 1980, mais il aura fallu attendre le début des années 2000 pour que les premières études solides soient publiées. Parmi les neuroscientifiques pionniers dans le domaine, Francisco Varela et Richard Davidson. 
Antoine Lutz, chargé de recherche à l’Inserm de Lyon, a travaillé avec les deux scientifiques de renom. « Les premières études menées sur le sujet ont porté des « experts » en méditation, qui avaient derrière eux des milliers d’heures de pratique », se souvient le chercheur, également impliqué dans le projet Silver Santé Study.
Electroencéphalogrammes, IRM fonctionnelles, le cerveau des méditants a été passé au crible pour déterminer comment la méditation agissait. Il a ainsi été démontré que cette pratique développe certaines aires cérébrales, et permet la mise en place de nouvelles connexions entre les neurones.

 

Accessible à tous

Mais les bénéfices de la méditation ne sont pas réservés à ceux qui y consacrent de longues heures quotidiennement. Plusieurs études ont ainsi montré des effets sur le cerveau de « débutants », après quelques semaines de pratique. Pas de limite d'âge pour s'y mettre, mais « comme le tennis ou le violon, la méditation nécessite un apprentissage, et une pratique régulière », prévient Gaël Chételat.

Les volontaires qui intégreront la Silver Santé Study bénéficieront d'un véritable entraînement, à raison d'une séance par semaine. « Ce qui est assez unique dans cette étude, c'est que nous avons choisi une durée d'intervention de 18 mois. C'est beaucoup plus long que ce que prévoient habituellement les protocoles », souligne Antoine Lutz.

Deux techniques de méditation seront enseignées aux seniors, la pleine conscience et la méditation dite compassionnelle. « Cette approche est particulièrement intéressante pour des personnes âgées, dont on sait qu'elles ont tendance avec l'âge à se renfermer, explique Antoine Lutz. Là, elles vont apprendre à s'ouvrir sur l'extérieur et à mieux interagir avec les autres. »

Afin de limiter les biais dans l'évaluation des bienfaits des entraînements mentaux, les volontaires de la Silver Santé Study seront répartis au hasard entre le programme de méditation et celui d'apprentissage d'une langue étrangère. Quelle que soit l'option choisie, en plus des séances hebdomadaires, le programme prévoit des réunions de groupe à intervalles réguliers, pour partager les expériences de chacun et pratiquer ensemble.

 

*Si vous êtes intéressé par la Silver Santé Study, vous pouvez obtenir des informations supplémentaires par mail à silversante@cyceron.fr ou par téléphone au 02 31 47 02 06.

 

 

 

Source

Merci d'avoir lu cet article.


Envie de le partager ?


 Envie de vous initier avec des méditations guidées ?


Envie de me suivre?


Envie de commenter ?