· 

La méditation en pleine conscience pour la santé mentale des ados

Le mindfulness ou méditation en pleine conscience est déjà utilisé dans certains hôpitaux pour aider à la gestion des douleurs et du stress. Peut-elle aussi aider les adolescents à mieux contrôler leurs émotions et à surmonter leur anxiété? C’est ce que vont étudier des médecins et chercheurs lémaniques. Leur projet a reçu l’un des Prix Leenaards 2018 pour la recherche médicale translationnelle.

Un tiers des jeunes adultes suisses souffrirait de symptômes dépressifs, selon un rapport de l’Observatoire suisse de la santé. L’adolescence est une phase charnière marquée par de nombreux bouleversements –changements physiques, modification des relations sociales avec éloignement de la famille, acquisition de l’autonomie, etc. C’est aussi un moment durant lequel la réactivité émotionnelle est importante, «ce qui en fait une période de grande vulnérabilité en termes de santé mentale, car c’est dès le début de l’adolescence que la plupart des maladies psychiatriques commencent à se déclarer», souligne Camille Piguet, médecin-chercheuse au département de psychiatrie de la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), qui pilote le projet primé par la Fondation Leenaards.

 

Remaniements du cerveau

Tout se joue dans le cerveau qui, à l’adolescence, est le siège de nombreux remaniements. «Entre 10 et 20 ans, la taille globale du cerveau n’augmente quasiment pas, précise la psychiatre. En revanche, certaines de ses régions continuent à se spécialiser». C’est notamment le cas des zones préfrontales, situées dans les parties les plus antérieures du cerveau, qui n’atteignent leur pleine maturité qu’à l’âge de 25 ans environ. Ces régions du cortex cérébral jouent un rôle important dans les mécanismes de l’anxiété, car elles sont fortement impliquées dans le contrôle des émotions. Ces dernières sont traitées par le circuit limbique. Constitué d’un ensemble de régions cérébrales renfermant notamment l’amygdale, il s’active automatiquement lorsque nous ressentons une forte émotion. Mais afin que nous ne soyons pas submergés par nos émois, son activité doit être régulée. Cela se fait «d’une part de façon implicite, sans que nous en prenions conscience, explique Camille Piguet, et d’autre part de manière plus consciente, notamment par un mécanisme qualifié de “réévaluation cognitive” qui nous permet par exemple de relativiser une émotion négative».

C’est à ce niveau que le cortex préfrontal intervient. Or, à l’adolescence, il n’a pas encore atteint sa pleine maturité. La tour de contrôle n’étant pas encore prête à assumer pleinement sa tâche, le circuit limbique prend alors le dessus. «C’est probablement l’origine de l’hyperréactivité émotionnelle que connaissent les adolescents», selon la médecin-chercheuse de l’UNIGE. Pour les jeunes les plus vulnérables, tout peut alors basculer.

 

Un effet clinique établi

La méditation en pleine conscience (lire encadré) pourrait agir sur la régulation automatique du système limbique, «car elle permet d’être plus conscient de ce qui se passe dans notre corps», précise Camille Piguet. Mais elle interviendrait surtout au niveau de la réévaluation cognitive, en apportant un certain détachement par rapport aux évènements déplaisants vécus. Cette méthode, déjà utilisée dans certains hôpitaux, «a un effet clinique établi dans la gestion des douleurs, du stress et de l’anxiété». Toutefois, il reste à élucider précisément ses mécanismes d’action et à savoir qui peut en bénéficier. Ce sont là les objectifs des recherches que vont entreprendre Camille Piguet et ses collègues, Paul Klauser (du Centre de neurosciences psychiatriques du Centre hospitalier universitaire vaudois et de l’Université de Lausanne) et Arnaud Merglen (du département de pédiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève).

L’équipe pluridisciplinaire va faire appel à une soixantaine d’adolescents âgés de 13 à 15 ans présentant un niveau d’anxiété important, qui seront recrutés dans les consultations multidisciplinaires genevoise et lausannoise, ainsi qu’à d’autres jeunes qui constitueront le groupe contrôle. Les participants seront séparés, de manière aléatoire, en deux groupes. Le premier suivra un entraînement de méditation en pleine conscience pendant douze semaines, l’autre fera l’objet d’un suivi régulier.

Avant et après cette prise en charge, les jeunes seront examinés. «Ils répondront à des questionnaires destinés à évaluer divers symptômes psychiatriques mais aussi physiques, comme des douleurs, dont souffrent souvent les adolescents», précise Camille Piguet.

 

Observer le cerveau

Les chercheurs comptent en outre utiliser diverses techniques d’imagerie cérébrale pour observer l’activité du cerveau ainsi que son anatomie et la connectivité de ses régions. Ils auront par ailleurs recours à l’imagerie spectroscopique afin de mesurer les métabolites (notamment le glutamate, reflet de l’activité excitatrice) qui se forment dans le cerveau. Ces différentes techniques d’imagerie permettront de voir si la méditation en pleine conscience induit des modifications dans la structure et le fonctionnement du cerveau et, si oui, lesquelles.

S’il s’avère que cette méthode permet effectivement aux ados d’acquérir une stratégie efficace pour gérer leurs émotions et surmonter leur anxiété, elle pourra offrir un complément intéressant aux thérapies classiques (médicamenteuses et psychothérapeutiques).

 

Source