Meditation de pleine conscience : pourquoi respirer en conscience est bénéfique pour le cerveau

meditation pleine conscience respiration

Une étude, publiée dans la revue Psychophysiology, explique le rôle bénéfique des techniques de respiration pratiquées dans le yoga ou la méditation de pleine conscience sur les capacités cognitives.

« La méditation axée sur la respiration et les pratiques de respiration du yoga ont de nombreux avantages cognitifs connus, dont une capacité accrue de concentration, une diminution de l'errance mentale, des niveaux de vigilance améliorés, des émotions plus positives, une diminution de la réactivité émotionnelle, ainsi que bien d'autres », soulignent les auteurs.

Jusqu'à présent, cependant, aucun lien neurophysiologique direct entre la respiration et la cognition n'avait été suggéré.

L'étude montre pour la première fois que la respiration affecte directement les niveaux d'un messager chimique dans le cerveau, le neurotransmetteur noradrénaline.

« Ce messager chimique est libéré lorsque nous sommes mis au défi, curieux, sollicités physiquement, concentrés ou stimulés émotionnellement, et, s'il est produit aux bons niveaux, il aide le cerveau à développer de nouvelles connexions, comme un engrais cérébral. La façon dont nous respirons, en d'autres termes, affecte directement la chimie de notre cerveau d'une manière qui peut augmenter notre attention et améliorer notre santé cérébrale. »

L'étude, menée par des chercheurs du Trinity College Institute of Neuroscience, a montré que les participants qui se concentraient bien dans une tâche qui exigeait beaucoup d'attention avaient une plus grande synchronisation entre leur respiration et leur attention que ceux qui avaient une moins bonne concentration.

Michael Melnychuk, auteur principal, explique :

« Les pratiquants de yoga affirment depuis environ 2 500 ans que la respiration influence l'esprit. Dans notre étude, nous avons cherché un lien neurophysiologique qui pourrait aider à expliquer ces allégations en mesurant la respiration, le temps de réaction et l'activité cérébrale dans une petite zone du tronc cérébral appelée locus coeruleus, où la noradrénaline est fabriquée. La noradrénaline est un système d'action polyvalent dans le cerveau. Lorsque nous sommes stressés, nous produisons trop de noradrénaline et nous ne pouvons pas nous concentrer. Lorsque nous nous sentons léthargiques, nous en produisons trop peu et encore une fois, nous ne pouvons pas nous concentrer. Il y a une marge précise de production de noradrénaline dans laquelle nos émotions, nos pensées et notre mémoire sont beaucoup plus claires.

Cette étude a montré que lorsque vous inspirez, l'activité du locus coeruleus augmente légèrement et lorsque vous expirez, elle diminue. En termes simples, cela signifie que l'attention est influencée par la respiration ; qu'elle augmente et diminue avec le cycle de la respiration. Il est possible qu'en vous concentrant sur votre respiration et en la régulant, vous puissiez optimiser votre niveau d'attention et, de même, en vous concentrant sur votre niveau d'attention, votre respiration devienne plus synchronisée. »

Des recherches supplémentaires pourraient contribuer à la mise au point de thérapies non pharmacologiques pour les personnes souffrant de troubles de l'attention tels que le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et les traumatismes cérébraux et à soutenir la cognition chez les personnes âgées, estime le chercheur.

« Il existe traditionnellement deux types de pratiques axées sur la respiration - celles qui consistent à porter l'attention sur la respiration (pleine conscience) et celles qui consistent à contrôler la respiration (pratiques de respiration profonde comme le pranayama).

Dans les cas où l'attention est compromise, des pratiques qui mettent l'accent sur la concentration l'attention, comme la pleine conscience, où la personne se concentre sur les sensations de respiration, mais ne fait aucun effort pour les contrôler, pourraient être les plus bénéfiques.

Dans les cas où le niveau d'éveil est la cause d'un manque d'attention, par exemple une somnolence au volant, un cœur battant pendant un examen ou une crise de panique, il devrait être possible de modifier le niveau d'activation en contrôlant la respiration.

Ces deux techniques se sont révélées efficaces à court et à long terme. »

« Nos résultats pourraient avoir des implications particulières pour la recherche sur le vieillissement du cerveau. Celui-ci perd généralement de la masse en vieillissant, mais c'est moins le cas des cerveaux des méditants à long terme », souligne Ian Robertson, codirecteur du Global Brain Health Institute à Trinity et coauteur. « Les cerveaux plus “jeunes” ont un risque réduit de démence et les techniques de méditation de pleine conscience renforcent les réseaux cérébraux. Notre recherche offre une raison possible pour cela - utiliser notre respiration pour contrôler l'un des messagers chimiques naturels du cerveau, la noradrénaline, qui, à la bonne “dose”, aide le cerveau à développer de nouvelles connexions entre les cellules. »

 

Source