La méditation pour prévenir la démence

Par Guillaume Kac – 12 octobre 2022

Deux personnes âgées méditant ensemble, mettant en évidence l'importance de la méditation pour la prévention de la démence et le maintien de la santé cognitive.

De nouvelles études sur la méditation et la démence

Méditation et démence ? Un essai clinique français montre qu’un entraînement à la méditation pleine conscience de 18 mois améliore les capacités attentionnelles et socio-émotionnelles de sujets de 65 ans et plus, par rapport à celles de deux groupes contrôle.

Afin de prévenir la survenue de démences chez les personnes âgées, les stratégies d’intervention récentes sont pluridisciplinaires et orientées vers l’amélioration du mode de vie des seniors. Elles comprennent notamment de la stimulation cognitive, de l’activité physique, un régime alimentaire sain et des recommandations cardiovasculaires. Cependant, les facteurs psychoaffectifs comme la dépression, le stress ou l’anxiété ne font pas l’objet d’interventions préventives dédiées. Et la méditation pour prévenir la démence a un impact positif.

Un entraînement mental ciblant la régulation du stress et de l’attention – comme par exemple la méditation en pleine conscience –, s’est révélé un outil bénéfique dans la gestion des aspects cognitifs et émotionnels propres au vieillissement, en particulier pour réduire le stress, l’anxiété et la dépression.

De récents travaux ont rapporté que l’insula et le cortex cingulaire antérieur seraient des régions du cerveau spécifiquement sensibles à l’entraînement à la méditation. Ces régions cérébrales connectées l’une à l’autre sont impliquées notamment dans la conscience de soi, ainsi que le traitement et la régulation de l’attention, des émotions et de l’empathie. Chez les jeunes adultes, la méditation a déjà montré sa capacité à modifier structurellement (en volume par exemple) et fonctionnellement ces structures, en particulier chez des experts méditants qui ont plusieurs milliers d’heures de pratique.

L’insula et le cortex cingulaire antérieur sont spécialement sensibles au vieillissement. Il a été montré que, chez des personnes âgées expertes dans la pratique de la méditation, le volume de matière grise ainsi que le métabolisme du glucose (processus physiologique essentiel au bon fonctionnement du cerveau) étaient plus importants que chez des personnes ne pratiquant pas la méditation.

La méditation pourrait donc être une approche intéressante pour préserver les structures et fonctions cérébrales ainsi que les capacités cognitives, et par extension, pour prévenir les démences.

Une équipe de chercheuses et chercheurs du groupe de recherche européen Medit-Ageing, menée par la directrice de recherche Inserm Gaël Chételat du laboratoire Physiopathologie et imagerie des maladies neurologiques (Inserm/Université de Caen Normandie), en collaboration avec des équipes du Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Inserm/CNRS/Université Claude Bernard Lyon 1/Université Jean-Monnet-Saint-Étienne), de l’University College de Londres, de l’université de Liège et de l’université de Genève, s’est intéressée au potentiel bénéfice physiologique, cognitif et émotionnel de la méditation chez les seniors.

Au sein de l’essai clinique Age-Well regroupant 136 participantes et participants de 65 ans ou plus sans pathologie connue, les chercheurs ont mesuré l’impact d’une intervention de méditation de 18 mois sur le volume et la perfusion tissulaire (processus physiologique d’alimentation d’un organe en nutriments et oxygène nécessaires à son métabolisme) de l’insula et du cortex cingulaire antérieur. Ils se sont également intéressés à certains paramètres cognitifs et socio-affectifs.

Trois groupes de participants ont été constitués afin de comparer l’éventuel bénéfice de la méditation par rapport à différents types d’interventions. Le premier groupe a suivi le protocole relatif à l’intervention de méditation (méditation de pleine conscience et méditation « d’amour et de compassion »), le second groupe constituant un groupe « contrôle actif » a suivi une période d’apprentissage de l’anglais et le troisième groupe constituant un groupe « contrôle passif » ne suivait aucune intervention.

À l’issue des 18 mois d’intervention, les chercheurs n’ont pas observé de différence significative de volume ou de perfusion du cortex cingulaire ou de l’insula chez le groupe pratiquant la méditation par rapport aux groupes contrôles.

« Le fait qu’aucune différence anatomique n’ait été observée entre ces deux groupes pourrait indiquer que, si la méditation peut modifier le volume de cerveaux plus jeunes et plus plastiques, 18 mois d’entraînement à la méditation ne sont pas suffisants pour modifier les effets du vieillissement, analyse Gaël Chételat. Par ailleurs, si les résultats de mesure du volume sont strictement négatifs, ceux de la perfusion montrent une tendance en faveur de la méditation qu’il pourrait être intéressant d’explorer sur un temps d’intervention plus long et/ou avec un échantillon de population plus important », précise la chercheuse.

L’équipe de recherche a par conséquent mis en place un suivi sur 4 ans des participants à cet essai, pour analyser les éventuels effets à long terme.

À l’inverse, des différences significatives ont été observées sur des mesures comportementales entre le groupe de méditation et celui d’apprentissage de l’anglais, avec une meilleure régulation de l’attention et des capacités socio-émotionnelles chez les participants au groupe de méditation.

« La pratique de la méditation montre ici son réel bénéfice sur la santé mentale des personnes âgées, avec une amélioration significative de paramètres propres au bien-être et à l’épanouissement, mais aussi au maintien des capacités attentionnelles et socio-émotionnelles rapportées par les participants », ajoute Antoine Lutz, responsable de l’axe Méditation de l’étude.

Des mesures et analyses plus spécifiques vont être conduites au sein de l’essai Age-Well pour améliorer la compréhension de ces mécanismes. Elles pourraient permettre de déterminer les mesures les plus sensibles à la pratique de la méditation et d’étudier les mécanismes de ses effets.

JAMA Neurology :    https://doi.org/10.1001/jamaneurol.2022.3185

Source

femme qui médite sur ses phobies
Meditation et sante

Comment gérer les phobies grâce à la méditation de pleine conscience

Dans cet article, nous explorerons en détail le rôle de la méditation dans la gestion des phobies. Nous examinerons les mécanismes par lesquels la méditation peut aider à réduire l’anxiété et à changer les schémas de pensée négatifs qui alimentent les phobies. Nous discuterons également des différentes techniques de méditation qui peuvent être particulièrement efficaces pour traiter les phobies, ainsi que des meilleures pratiques pour intégrer la méditation dans un plan global de gestion des phobies. En comprenant mieux le potentiel de la méditation dans ce domaine, nous pouvons ouvrir de nouvelles voies pour aider ceux qui souffrent de phobies à trouver le soulagement et le bien-être qu’ils méritent.

Lire la suite »
Alimentation saine et équilibre pour améliorer son bien-être
Psychologie positive et santé

Améliorer son bien-être grâce à une alimentation saine

Dans cet article, nous explorerons en détail le rôle vital de la nutrition dans la promotion de la psychologie positive, en mettant en lumière les mécanismes sous-jacents, les bienfaits potentiels et les stratégies pratiques pour intégrer une alimentation saine dans notre quotidien. En comprenant et en exploitant pleinement le pouvoir de la nutrition pour soutenir notre santé mentale, nous pouvons enrichir nos vies et cultiver un état d’esprit positif et épanouissant. 

Lire la suite »
femme positivité changer pensées
Psychologie positive et santé

Gagnez en positivité à l’aide de Stratégies puissantes sur nos pensées

Cet article se penchera sur des stratégies pragmatiques et accessibles à tous pour instaurer un changement positif dans notre dialogue intérieur, ouvrant ainsi la voie à une vie empreinte d’optimisme et de résilience. En comprenant les mécanismes sous-jacents aux pensées négatives et en explorant des moyens tangibles de les transformer, nous nous donnons les moyens de forger des mentalités positives qui éclaireront notre chemin, même dans les moments les plus sombres.

Lire la suite »
Jeune femme en Colère n'yant pas pratiqué la Méditation de pleine conscience
Meditation et sante

Maîtrisez votre Colère avec ces Techniques de Méditation de pleine conscience Puissantes

Dans cet article, nous explorerons en profondeur les différentes facettes des techniques de méditation pour la gestion de la colère, dévoilant des stratégies pratiques et efficaces pour transformer cette émotion puissante en une force constructive. Que vous soyez novice dans le monde de la méditation ou que vous cherchiez à perfectionner votre pratique, les conseils qui suivent vous guideront vers un chemin de tranquillité émotionnelle et de maîtrise de soi. Préparez-vous à découvrir comment la méditation peut devenir votre alliée inestimable dans la navigation des eaux parfois tumultueuses de la colère.

Lire la suite »
lien social deux femmes qui se prennent dans les bras psychologie positive optimisme
Psychologie positive et santé

Augmenter votre positivité par la Psychologie positive de Martin Seligman

cet article explorera en profondeur la Psychologie Positive, en mettant en lumière les contributions significatives de Martin Seligman et son impact durable sur la façon dont nous comprenons et recherchons le bien-être. Nous explorerons en détail les concepts clés de Seligman et examinerons comment sa vision continue d’influencer la psychologie moderne, inspirant des interventions positives dans divers domaines de la vie quotidienne.

Lire la suite »